> Etude sur le cannabis - Partie 1

Etude sur le cannabis - Partie 1

Etude sur la sociologie de la culture du Cannabis dans le Rif Central

 

Le Maroc est reconnu aujourd’hui comme l’une des principales sources de résine de Cannabis et de Haschich alimentant en particulier le marché européen. Pourtant ce sujet est resté tabou malgré une tendance à l’accroissement des superficies cultivées fortement marqué depuis de début des années 80. Ce n’est qu’en février 2003, que le gouvernement Marocain s’est décidé à signer en accord de coopération avec l’ONUDC pour réaliser une enquête sur la production des drogues illicites et le crime organisé au Maroc. Cette première enquête sur la production du Cannabis a été lancée en juillet 2003 sous la tutelle de l’Agence du Nord pour le Développement des provinces du Nord (APDN).

Contexte global de l’étude

L’étude des mutations sociologiques induites par la pratique de la culture du cannabis dans le Rif Central fait  suite à l’enquête sur le cannabis conduite  en 2003 par l’Agence pour la Promotion et le Développement économique et social des préfectures et provinces du Nord du Royaume du Maroc (APDN) et l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime. La nécessité de cerner le contour et la profondeur de cette pratique illicite est dictée par les impératifs de la définition d’une nouvelle stratégie de l’Agence visant à intégrer, pour les zones concernées, la problématique du Cannabis dans son effort d’instauration d’une dynamique de  développement global de la zone du Rif tout en continuant à contribuer à l’amélioration des conditions socioéconomiques des populations, à renforcer l’infrastructure de base pour désenclaver les villages et à procéder à  un aménagement territorial et administratif.

Objectifs

L’objectif recherché par cette étude est de comprendre la sociologie du cannabis, c’est-à-dire l’interaction dialectique qui existe entre le cannabis comme produit social et marchandise à caractère illicite et illégal,  et la société qui le produit et en fait une activité plus ou moins importante pour vivre. Autrement dit, l’étude vise à comprendre deux facettes suivantes de cette question: Ce que la société fait du cannabis et comment elle se le représente dans son processus de reproduction sociale (rôles économique et symbolique) d’une part, Ce que le cannabis fait en retour de cette société au niveau de la famille et des mobilités géographiques, dans les relations de voisinage  et dans l’utilisation et l’accès aux ressources naturelles d’obédience communautaire (forêt ; eaux de sources et de torrents ; espaces pastoraux etc.) d’autre part.

Lu 1498 fois
Dernière modification le lundi, 25 décembre 2017 11:09