> Aménagement de bassins versants

Aménagement de bassins versants

Etude SAPROF: Formulation du Projet d'Aménagement du bassin versant de Oued Mellah

 

Au Maroc, la régression annuelle de la superficie forestière est officiellement estimée à 30.000 hectares. Cette dégradation est essentiellement due à la pression démographique, au phénomène d’érosion des sols et au changement climatique. Pour mettre fin à cette tendance, l’Administration chargée des Eaux et Forêts a élaboré une série de Plans à long terme qui définissent les orientations stratégiques et les projets à mettre en œuvre, dans le cadre de la politique forestière du gouvernement du Maroc. Pour réaliser ces Plans qui visent la conservation des ressources forestières et la durabilité du système environnemental, le gouvernement du Maroc considère le développement du secteur forestier comme l’une de ses premières priorités. C’est dans ce contexte qu'il a sollicité le gouvernement du Japon pour une Aide Publique au Développement (APD), destinée à développer davantage le secteur forestier marocain. La Banque Japonaise pour la Coopération Internationale (JBIC) ayant saisi le caractère prioritaire de cette requête, a jugé nécessaire d’examiner le projet dans sa totalité, y compris par une évaluation de la faisabilité de chaque sous-projet dans le bassin versant de Oued Mellah et la zone en amont du barrage Allal El Fassi. C’est ainsi que la JBIC a décidé d'une assistance spéciale pour la formation de Projet SAPROF visant à formuler le Projet dans une optique plus durable et efficace de sorte que les escomptés soient satisfaisants pour les bénéficiaires. Les objectifs principaux de l’Etude SAPROF consistent à :

  • fournir une assistance spéciale en vue d’obtenir le maximum de bénéfices prévus par le Plan d’aménagement des bassins versants envisagé par le HCEFLCD et les DREF ;

  • assurer la viabilité du programme en traitant et en analysant les principales préoccupations associées à la mise en oeuvre du Projet ;

  • recommander un plan d’amélioration des conditions de vie des populations locales, suivant une approche participative afin de contribuer à réduire la pauvreté.

Pour répondre au premier objectif, l’équipe de l'étude a déterminé les zones à étudier suivant la priorité identifiée et proposée par le HCEFLCD, sur la base du plan national d’aménagement des bassins versants. Actuellement, l’importance de l’inondation et l’intensité des dommages causés à la ville de Mohammedia et à ses installations industrielles en 2002 ont plaidé pour accorder la priorité au bassin versant de Oued Mellah. Quant à la zone en amont du barrage Allal El Fassi, l’intensité de l’érosion entraîne une perte considérable du sol propice à l’agriculture, et un envasement de plus en plus accéléré de la retenue, réduisant à néant les efforts consentis par le Maroc pour accroître ses ressources en eau. L’aménagement de ce bassin constitue dès lors une priorité de première urgence pour limiter, voire arrêter, l’envasement du barrage. Selon le découpage administratif, les zones d’étude concernent 8 communes rurales situées dans les Provinces de Khouribga, Ben Slimane et Settat au sein du bassin versant de Oued Mellah, et 9 autres dans les provinces de Boulemane et Sefrou au sein de la zone en amont du barrage Allal El Fassi. L’Etude SAPROF consiste à formuler un seul « Projet d’Aménagement de Bassin Versant », composé de deux sous- projets, étant entendu que l’amélioration des conditions de vie des populations locales est considérée comme la préoccupation clé de ce Projet.

Lu 3156 fois
Dernière modification le lundi, 25 décembre 2017 11:01